Drei Drei Drei

du 04.09.14 au 03.10.14

DREI DREI DREI
Hadrien Dussoix/Greg Hug/Beat Lippert

La 7ème saison démarre avec une exposition collective DREI DREI DREI. Elle regroupe trois artistes suisse nés dans les années septante.
La sélection des travaux présentés se recentra sur l’idée de double ou de reproductibilité des œuvres, de faux-semblant, une thématique que l’on retrouvera plusieurs fois dans la programmation de la saison. Intérêt sous-jacent dans une société aujourd’hui travestie et jouant sur
l’apparence.

vernissage_DREIDREIDREI_public_dept2014

Attirés par l’archéologie, l’histoire, ils travaillent tous trois la matière et ont des questionnements similaires quant à la superposition, l’amas, la duplication. Un univers Rock ’n’ roll les relie. Hadrien Dussoix présente une sculpture en sagex moulé coulé en aluminium et des peintures-sculptures qui dialogues entre elles. Beat Lippert présente des sculptures dédoublées, ses rochers jumeaux, sculptés dans du sagex et pour la première fois peints au spray ainsi qu’une Wall série tableau-sculpture. Greg Hug présente des miniatures de sculptures antiques détournées de leur mouvement initial, une série utilisant différents matériaux pour repoduire la même pièce ainsi que deux nouvelles sculptures ironiques.

vue_expo1
Premier plan: Hadrien Dussoix, Sans titre (détail), 2014, sculpture 29×60×20 cm?; Beat Lippert (à l’arrière), Wall série 1-6, 2014, résine fibre de verre, peinture, 70×100 cm (chaque)

«Place aux effets de matière chez Hadrien Dussoix, que ce soit sur la toile, dans une sculpture, ou dans une installation. Avec ou sans peinture à proprement parler, les compositions de l’artiste genevois en deux ou en trois dimensions, faites de différentes textures, avec une rudesse parfois abrupte, se conjuguent sur le mode du collage: superposition, télescopage de matériaux, chevauchements en tout genre. Pendant dix ans, sa pratique a en effet esquivé l’embarras du choix en préférant sortir du dilemme par la confrontation des matières et des interactions avec l’espace.»

Karine Tissot

Beat Lippert est né à Lausanne en 1977, ayant étudié la sculpture (Alanus Hochschule für Kunst und Gesellschaft à Bonn en Allemagne (1997-2001), l’archéologie et les arts visuels (Haute Ecole d’Art et de Design, HEAD – Genève, 2003-2007), Beat Lippert combine dans ses œuvres, principalement conceptuelles, ces trois domaines. Dans plusieurs travaux, il s’approprie des motifs de la statuaire antique, par exemple en voyageant à travers l’Italie avec une colonne corinthienne remorquée à sa bicyclette dans Véhicule (2008) ou en reproduisant de manière subtilement modifiée le fameux Tireur d’épine dans Spinario (2009). Beat Lippert, jeune plasticien suisse particulièrement préoccupé par l’archéologie et l’ubiquité du patrimoine sculptural ou architectural classique.

Exposition "DREI DREI DREI" du 4 au 28 septembre 2014 à l'Espace LABO à Genève avec Greg Hug, Beat Lippert et Hadrien Dussoix
Hadrien Dussoix, Cannibal Corps?, 2014, huile sur toile, 100×140cm; Beat Lippert, Sans-titre, 2014, Résine, fibre de verre et peinture?; Greg Hug, Disco locos, 2014, technique mixte, 20×13×21cm

«La pratique de Greg Hug – le moulage sur corps – le place d’emblée dans un rapport à la tradition classique. Contraint à une représentation strictement réaliste, il se confronte fatalement aux canons de la sculpture, ce qui se traduit par une attention particulière portée aux postures de ses sujets, aux effets de texture, aux drapés ou aux modelés. L’ancrage dans l’histoire de l’art est cependant contrebalancé par la plasticité que lui offre sa technique. La souplesse des matériaux contemporains lui permet ainsi d’imprimer un léger décalage à notre regard. Si l’effet évoque l’Antique, il est ici mâtiné d’une masse de références des plus contemporaines, du cinéma gore à l’icône médiatique.»

Raphaël Oesterlé, 2013
DREI_2014_BeatLIPPERT_1
Beat Lippert, Sans titre, 2014, résine fibre de verre, peinture, 118?×?20?×?15 cm (chaque)?; Wall série 1-6, 2014, résine fibre de verre, 70?×?100 cm (chaque)