Andromaca pop – Andrea Aversa

Andrea Aversa – Andromaca – POP, lecture performance environ 30 min.

Andromaca – POP a été présenté pour la première fois par l’artiste à Rome en avril 2018, à l’occasion de la convention ‘le fascisme italien au prisme des arts contemporain  » le fascisme italien dans le prisme de l’art contemporain ‘ organisé par l’Université ‘Roma III’ et ‘L’Ecole des hautes études en sciences sociales ‘de Paris, sous forme d’une conférence d’exécution y compris un diaporama de plus de 80 diapositives. Il cite Baudelaire, Coleridge, Pirandello et Le Corbusier, mélangeant leurs textes avec l’auteur des fictions et des poèmes. Il utilise la collection de films positifs de l’artiste, composée principalement de photos a été prise par l’artiste pour ses recherches personnelles, plus tard transformé avec l’utilisation de la technique de transfert à sec les rues de paris. La version vidéo a été enrichie de nouvelles diapositives et a été réalisée en Italien par l’artiste lui-même.

Andromaca – POP was first presented by the artist in Rome in April 2018,
on the occasion of the convention ‘Il fascismo italiano nel prisma delle arti
contemporanee’ ‘Italian Fascism in the prism of contemporary arts’
organised by ‘Roma III’ University and ‘The Ecole of hautes etudes
en sciences sociale’ of Paris, in the form of a performance lecture
including a diaporama of over 80 slides.
It quotes Baudelaire, Coleridge, Pirandello and Le Corbusier, mixing their texts
with the author fictions and poems.
It uses the artist collection of positive films, mainly composed by photos that
have been taken by the artist for his personal research, later
transformed with the use of dry transfer technique or eventually found on
the streets of Paris.
The video version has been enriched with new slides and has been performed in
Italian by the artist himself.

 

 

 

 

Engrammes -Benoît Billotte

Engrammes
impressions numériques sur tissus, installation, dimensions variables
production Musée Charmey
février 2019

 

 

Benoît Billotte
ENGRAMMES

Vernissage le 29 août dès 18h

 

Engrammes se compose de 7 impressions numériques sur crèpe de Chine. Chaque tissu présente un montage numérique sur une gravure du 19e siècle.

Dans ces paysages montagneux ou ces lacustres, l’eau est omniprésente, tant sous forme liquide que solide. Les formes blanches représentent quant à elles diverses manifestations aquatiques à l’échelle microscopique. Saisies dans un instant donné, elles incarnent des mémoires de formes, d’où le titre d’Engrammes.

De la même manière, les gravures cristallisent une vue à mi-chemin entre la nature scientifique et romantique de l’eau dans son contexte naturel (cascade, mer de glace, lac ou neige). Ces deux sources d’images sont ici assemblées sur des tissus et flottent dans l’espace d’exposition comme des paysages que l’on pourrait à notre guise traverser.

 

Engrammes
Benoît Billotte
du 29 août au 14 septembre 2019

Le Labo
Boulevard Saint-Georges 5, 1205 Genève espacelabo.net
Ouverture du mercredi au vendredi de 14h à 19h et sur rendez-vous contact@espacelabo.net – +41225567275
Le Labo a le soutien de la Ville de Genève.

 

Breach the protocol – Labo’s ten years group show

Group show
15 11 18 – 23 03 19

 

Part 1
15 11 18 – 05 12 18

Part 2
06 12 18 – 05 01 19

Part 3
24 01 19
07 02 19
07 03 19
23 03 19

Le Group show démarré en novembre 2018 marque les dix ans d’activités du Labo et approfondit le concept d’exposition évolutive infinie déjà tenté fin 2015 avec l’expositon [?] [?] [r]. Cette fois, l’invitation amena les artistes à réfléchir à la structure, du point de vue architecturale et philosophique.
Partant de la proposition d’une restructuration collaborative, les artistes proposèrent dans un premier temps des interventions directement sur le lieu: révélation, soustraction, transformation. D’autres concepts se déployèrent dans l’espace sous forment conceptuelles ou poétiques.
Les multiples ouvertures faisant office de vernissages au sein de cette même exposition permet de voir l’évolution de certains projets, et l’ajout de nouvelles pièces. Ce projet aux possibles exponnentiels déclenche un processus amenant à la notion d’un projet infini par addition et soustraction continuel différé sur divers espaces dans des temporalités décalées, instauré par le dépliement des espaces, eux, définis: Vitrine – Espace – Cave.

L’exposition dense et foisonnante donne à voir diverses interprétations de la proposition de départ tout en visitant les possibles d’un espace d’art indépendant. Les multiples ouvertures faisant office de vernissage donnent à voir chaque mois, une nouvelle exposition avec les mêmes artistes, de nouveaux artistes, les mêmes pièce et de nouvelles pièces.

Le group show neverending show est prolongé jusqu’au 15 mai 2019.

Feuille de salle

 

 

On est ensemble

On est ensemble
un projet de Basile Dinbergs

 

Résidence du 10 juillet au 29 août 2018
Exposition à partir du 28 juillet, visite sur rendez-vous: contact@espacelabo.net
Repas ouvert a tous et prix libre les mercredis 15 / 22 / 29 août 2018

 

 

 

 

 

 

Ouverture au public samedi 28 juillet à 18h
Repas les 15 / 22 / 29 août 2018
Visite sur rendez-vous : contact@espacelabo.net

L’exposition entre dans le cadre du projet waiting rooms et a le soutien du Fonds cantonal d’art contemporain, OCCS – DIP, Genève.

Waiting for Akiyoshi

Waiting for Akiyoshi

Salle d’attente

25 05 18 – 07 07 18

Akiyoshi Deschenaux
Peintures 2015-2017

Une salle d’attente proposée par Nelly Haliti

Akiyoshi Deschenaux présente une sélection de peintures à l’huile réalisées entre 2015 et 2018 qui témoignent de sa recherche artistique. Profondément lié à la pratique picturale, il se nourrit de références à l’abstraction expressionniste, à la peinture contemporaine ainsi qu’à tout ce qui capte son regard. Sa recherche artistique a débuté avec des études de Bachelor au Camberwell College of Arts à Londres et se poursuit depuis plusieurs années de manière autonome.

Pour entrer dans les toiles d’Akiyoshi Deschenaux il faut choisir son chemin, suivre du regard les zones de lumières et accepter des zones d’ombres. L’attention nécessaire pour passer à travers les différents espaces est équivalente à la concentration nécessaire au peintre pour construire les différents plans. Le jeu de lumière qui traverse la construction de chaque toile s’effectue grâce au passage d’une couleur diluée à une couleur plus dense. D’un espace claire, on bascule vers un espace plus profond, plus complexe, avec un poids et une matérialité palpable.

Passant du dessin à la peinture à l’huile, Akiyoshi Deschenaux apprivoise la ligne et les couleurs pour créer un mouvement intrinsèque à l’image. Chaque toile est une composition pour laquelle il détermine les nuances, les espaces et les interactions entre les formes de manière improvisée. Une palette de couleurs sombres se rencontrent entre les lignes de noir. La traçabilité de la série se fait avec brun, le gris et les différents verts. Des couleurs assemblées avec soin et une recherches de restriction, le choix d’une une température froide, indiquent une retenue bien mesurée.

Les lignes s’entrelacent et tissent un nouvel espace, un labyrinthe fait de strates, de surfaces opaques et d’espaces clairs. Le rythme de la composition de chaque toile détermine sa lecture et la vitesse du geste peut se lire instantanément. Un katana coupe les lignes et on bascule dans un espace infini dans lequel le regard peut se perdre sans retrouver la sortie.

Nelly Haliti

 

You would

Carl June

 

 

 

Joyfully WAiting

Attendre sans attendre, un prétexte pour faire, sans rien attendre de ce qu’on fait. Se faire du bien. Prendre soin de soi.

Se faire du bien/ prendre soin de soi/ pratiquer du yoga/ méditation/ petit déjeuner/ discuter/ crocheter/ tricoter pour se vider/ ne rien faire/ écouter des lectures/ émissions autour du reskilling/ soft skills/ souci de soi/ éthique du care/ désobéissance/ se défendre/ faire de sa vie une oeuvre d’art/ autonomie/ boire du thé/ ne rien dire/ déjeuner/ divaguer/ partager ses connaissances/ savoirs faire/ savoir être/ dîner/ se décomposer/ recommencer.

 

 

 

Jeudi 19 avril

à l’écoute:

Je ferai de ma vie un chef-d’oeuvre
(59 min)