1000 Degree, une exposition Jérôme Baccaglio, 21 03 24 – 14 04 24

Jérôme Baccaglio

Jérôme Baccaglio a une pratique exclusivement dessinée. Dans son travail cohabitent des formes et des motifs pré-existants qu’il reproduit méticuleusement. Ses dessins, sans être narratifs, cherchent leur précaire équilibre entre érudition et futilité. Souvent montrés nus, sans encadrement, ils se lisent comme une partition ou une page de livre. Des figurations élusives et des logos bancals ponctuent les feuilles et créent un rythme squelettique. Le papier, comme un espace semi-hostile et fragile, vibre sous le poids de motifs qui rappellent autant le grand héritage du dessin que la solitude de sa pratique.

Dans une tentative de ralentir le flot d’image auxquelles il choisit de s’exposer, Jérôme Baccaglio les sélectionne, les re-mobilise à compte personnel. Avec une modestie qui sied au dessin, il conçoit son vocabulaire graphique à la fois comme réceptacle et répertoire de signes dont l’agencement laisse beaucoup d’espace à l’interprétation personnelle.

Extrait du communiqué de presse En tonnes et en grammes
2018 – Project space du Centre d’art contemporain

Jérôme Baccaglio est né en 1983 aux Philippines. Il obtient un Master en Arts Visuels à l’Ecal en 2015. Il a notamment participé à des expositions à Ribordy (Genève), Circuit (Lausanne) et la Fondation Ricard (Paris). Il vit et travaille à Genève.

Sélection
’Hejma Doxa / Anthropocenus Park’, Circuit, Lausanne, 2011?;’Cellar Space Project’, Ribordy Contemporary, Genève, 2012. ’Dear Peggy’, Galerie Treize, Paris, 2013?;?’Gestes Fossiles’, Quark, Genève, 2014?;?’Life Is a Bed of Roses’, Fondation Ricard, Paris, 2015?;?’Omni/Snippet’, Sillicon Malley, Lausanne, 2016?;?‘Utopias are more or less fascistic’, Nicolas Krupp, Bâle, 2017.
Résidence au Centre d’art contemporain, Genève, 2018?;?‘P pour Welcome’, La Placette, Lausanne, 2019?; ‘The Replacements’, Bellpark Museum, Lucerne, 2019;?’Lémaniana’ au Centre d’Art de Genève, 2021?;? ‘Rêves de rat’ au MCBA de Lausanne, 2021.

My Wardrobe Did This to Me – Pierre Paulin – janvier 2024

Vernissage vendredi 12 janvier 2024, dès 18h

Exposition du 13 01 24 – 24 02 24

Save the date : 27 janvier
Ouverture spéciale le samedi 27 janvier 2024 de 17h à 22h à l’occasion de la sortie des nouveaux numéro de la revue la robe n°5, le robe n°6 et la robe n°7. Lecture et apéro dinatoire


Owlet vision in a blinding time — Part I / 14 09 23 — 30 10 23

Owlet vision in a blinding time — Part I
14 09 23 — 30 10 23


Une proposition curatoriale de Karen Alphonso et Ceel Mogami de Haas

Sarah Burger
Anne-Charlotte Finel
Vianney Fivel
Andreas Hochuli
Alec Mateo
Alexandra Martens Serrano
Lou Masduraud
Arnaud Sancosme


Vernissage jeudi 14 septembre
dans le cadre de la Nuit des Bains + GENEVA ART WEEK
Performance de Alec Mateo 19h30


Ouvert de jeudi à samedi de 15h à 19h
et dimanche de 11h à 17h*
*Horaires spéciaux durant la Geneva Art Week

Ouverture des portes 18h
Combo Kitchens par Vanessa Urben


Du 17 au 29 octobre 2023: programme de films projeté hors murs, au Cinéma Dynamo du Centre d’Art Contemporain Genève (du mardi au dimanche de 11h à 18h – entrée gratuite au Cinéma).

For the fifteenth anniversary of espace Labo, in collaboration with Ceel Mogami de Haas, we have imagined an exhibition project which will open this fall and will evolve until spring 2024.

Over the course of our discussions, the idea of giving shape to a collective exhibition project was born, which stems from Ceel’s ongoing  research on the cultural history of gardens. What particularly interests us is considering the garden as a political, social, ecological and artistic laboratory and a space of resistance and experimentation.

A series of exhibitions will take the shape of gardens and explore how gardens and resistance are related, how their histories intersect, and how their various occurrences in the visual arts illuminate this affiliation. This exhibition also recounts the different ways in which humans and non-humans approach this resistance.

The exhibition cycle, titled Owlet vision in a blinding time gathers a group of international artists who will engage with these different topics and whose works, once distributed in space, will form a garden of love and care.

Karen Alphonso & Ceel Mogami de Haas

Press release: click here

Télécharger la feuille de salle: ici

Chicanes – Elisa Larvego du 20 06 – 15 07 23

  • Née en 1984 à Genève (Suisse), Elisa Larvego y vit et travaille. Diplômée de l’École d’Arts Appliqués de Vevey puis delaHEAD– Genève, elle a exposé à la Temporary Chapel (Winterthur, 2020), au Théâtre de l’Orangerie (Genève, 2019), au théâtre LesHalles (Sierre, 2018) et au Printemps de septembre (2017). Elle a également participé à des expositions collectives à la Graves Gallery (Sheffield, 2020) au Centre photographique d’Ilede France (2019), au Museo de Artes Visuales de Bogota (2019), ou encore au KINDL (Berlin, 2018).

Task Failed Successfully

Task Failed Successfully,
Du 11 mai au 18 juin 2023
Vernissage jeudi 18 mai dans le cadre de la Nuit des Bains

Henry Drake, Yan Pavlik and David Stearn

Les œuvres créées pour Task Failed Successfully explorent et questionnent la signification de l’échec, transformant ce dernier en un résultat en soi ou encore comme un état de fait. Ainsi, les productions examinent les conséquences d’un jeu qui se libère de ses propres règles et le prix qui en découle. Cette nouvelle intention nous permet d’élargir notre compréhension des objets et des gestes quotidiens qui nous entourent.


Task Failed Successfully est une tentative délibérée de créer une altération momentanée des possibilités offertes par les objets du quotidien. L’exposition repose sur l’idée d’une satire potentielle dans la manière dont les individus occupent l’espace autour des objets, révélant comment nous pouvons être emprisonnés par un design ou une perception. Si la perfection est inaccessible, l’échec est une certitude absolue. Par conséquent, Task Failed Successfully s’approche de cette réalité en permettant les libertés de l’échec et du jeu.



L’exposition est visible jusqu’au 11 juin 2023.
Finissage le 10 juin à 19h

Task Failed Successfully
Une proposition de Henry Drake

Henry Drake est un artiste suisse-britannique basé à Londres travaillant principalement dans la sculpture. Ses intérêts tournent autour des explorations matérielles et des nouveaux moyens de collaboration artistique. En 2019, alors basé à Genève Henry a acquis de l’expérience dans le commissariat et l’organisation d’expositions et d’événements réguliers, en tant que membre fondateur de l’espace d’artistes LIMBO.

Après avoir quitté LIMBO en 2021 et déménagé à Londres, les activités artistiques d’Henry se sont concentrées sur la conception et le développement d’outils dédiés à la fabrication du métal. L’intention d’Henry est de développer des outils qui fournissent aux artistes un langage particulier de fabrication et de manipulation de fil métallique. Actuellement, Henry utilise les outils pour naviguer entre les objets fabriqués industriellement et fabriqués à la main. Ses ambitions sont de partager les conceptions de ses outils et de voir quels résultats sculpturaux surgissent une fois qu’ils se retrouvent entre les mains d’autres artistes.

Task Failed Successfully @ EspaceLabo, Geneva

Henry Drake, Yan Pavlik and David Stearn

Task Failed Successfully’s artworks explore and revise the meaning of failure, transforming it into a deliberate result or state of existence. This is typically accomplished by scrutinizing the consequences of «playing incorrectly» and the price that comes with it. By reevaluating this intention, it enables us to expand our understanding of how we comprehend the everyday objects and gestures that surround us.
Task Failed Successfully is a deliberate attempt to create a space for the momentary perversion of the designed affordances of everyday objects. The show is driven by the notion that it is not the object’s surroundings that constitutes its potential satire, but the way in which the people occupy the space differently which reveals to us how we may be imprisoned by a design or mode of perception. If perfection is unattainable then failure is an absolute certainty. Therefore, Task Failed Successfully is a chance to embrace this reality and relish in the generosity and freedoms of failure and play.

Henry Drake
Yan Pavlik
David Stearn
16 mars – 24 avril 2023
Ouverture mardi, mercredi et vendredi de 14h à 18h ou sur rendez-vous.
Le programme annuel de l’espace Labo a le soutien de la Ville de Genève.

crédit photos Magali Dougados

L’amour toujours – winter group show

Exposition de passage vers la nouvelle année.

Thomas Bonny
Fabien Clerc
Basile Dinbergs
Hadrien Dussoix
Vianney Fivel
Jessica Joye
Hayan Kam Nakache
Fanny Laumonnier
Apnavi Makanji
Lyla Marsol
Claire Mayet
Guy Meldem
Nicolas Momein
Virginie Morillo
Olivier Nicolet
Simon Paccaud
Céline Peruzzo
Frederic Post
Arnaud Sancosme
Peter Stoffel
Eliott Waldis
Nicolas Wagnières

Cyril Porchet


Dans ses travaux récents, Cyril Porchet revisite le rôle déterminant qu’il a accordé au baroque depuis ses débuts avec la photographie. Il l’emploie avec une fausse ingénuité pour rendre visible l’exubérance et les excès de la société spectaculaire. Il nous présente les résultats de ses récents protocoles de travail où il met de coté la prise de vue traditionnelle pour explorer des gestes ; Déformation, saturation, surexposition, décomposition (baroque vient du portugais « barroco » qui signifie « perle irrégulière »). Il les applique ici dans son atelier, toujours en circulant autour de ses sujets de prédilection qu’il traque au quatre coins du monde : l’ornement et le pouvoir en provenance des sphères religieuses, économiques, politiques ou encore médiatiques. Toutefois, cette exposition nous offre un nouveau regard plus chaotique, on se demande si Cyril Porchet n’a pas entamé la description perspicace de la marche lente et silencieuse de l’effondrement de la société moderne vers sa ruine. Non sans fantaisie, comme le montrent ces regroupements organiques de couleur cyan aux allures de jugement dernier. Des corps y évoluent comme une ondulation liquide, des accumulations abstraites ou des éparpillements chaotiques.

L’alchimiste Cyril Porchet expérimente librement dans son atelier avec des agrandisseurs argentiques et numériques pour projeter sur papier photo les copies des négatifs originaux de ses premières séries « Vertigo » et « Seduction ». Vient ensuite le développement (révélateur, bain d’arrêt et fixateur) qui constitue une étape active à l’apparition de ces images, puisqu’il l’expérimente lui même dans son labo. Non seulement l’artiste transforme et donne une seconde vie à ses prises de vues, mais il revisite aussi les protocoles de production d’une photographie argentique par une hybridation chimico-photono-numérico-sensible. Dès ses débuts le médium photographique contient une double orientation entre représentation et matérialité. Les procédés techniques sont le moyen d’apparition de l’image mais aussi l’objet même d’une œuvre. La révolution numérique conduit les artistes, historiens et curateurs à se reposer des questions ontologiques de comment faire ou diffuser des images face à un nouvel univers de possibilités. Des questions légitimes, puisqu’elles permettent à l’artiste de se réapproprier sa chaine de production. Chez Cyril Porchet les papiers sont préalablement malmenés, coupés, pliés, froissés jusqu’à obtenir des surfaces accidentelles révélées par l’image projetée ou par le laser. Ces rayons qui vous bruleraient la cornée sont projetés brutalement sur ces papiers altérés. Le hasard laisse apparaitre d’étranges éclats ardents. Ces oeuvres résistent au langage et souligne l’instabilité qui habite chaque objet d’art.

Sébastien Leseigneur

Cyril Porchet (1984) est un photographe basé à Lausanne. Diplômé de l’ECAL à Lausanne (Suisse) et il est exposé dans différents musées et galeries, (entre autres à la Maison Européenne de la Photographie de Paris et au Museum für Gestaltung, à Zurich).

Projet La BOX
automne-hiver 2021-2022

Le Programme pensé pour l’année 2022 se concentre dans la partie vitrine et le nouveau support perpendiculaire appelé la BOX. Un déploiement dans l’espace aura lieu durant les résidences d’artiste et sera accessible au public lors d’événements ponctuels.

Parallèlement au programme trois réimpressions de toiles enseigne sont pensées pour l’enseigne comme support de monstration perpendiculaire.
Démarré cet automne ce nouveau concept curatorial permet de ce déployer et rester actif pendant les périodes incertaines.

Informations concernant le projet La BOX

Le projet curatorial La BOX consiste à prolonger l’activité artistique de l’espace d’art indépendant Le Labo, en installant, à l’extérieur de l’arcade, une enseigne lumineuse en hauteur, perpendiculaire aux vitrines de l’espace. Conçue comme une plateforme d’exposition alternative visible de jour et de nuit, indépendamment de la fluctuation des restrictions sanitaires et de la distanciation sociale.

Le nouveau support enseigne, nommé La BOX aura une fonction communicationnelle et de diffusion élargira le spectre des possibles ouvrant aussi de nouvelles collaborations avec des artistes visuels, mais également donnera une nouvelle fonction au Labo qui prévoit de développer désormais des formes immatérielles en 2022.

La Silencieuse Vente aux Enchères, du 18 au 21.12.21


Samedi 18 décembre ouverture dès 15h.

Du 18 au 21 décembre 2021

samedi 15h – 21h
dimanche 16h – 18h
lundi 15h – 19h
mardi 15h – 19h

La vente sera silencieuse et se déroulera sur plusieurs jours pour vous donner le temps de venir découvrir les pièces accrochées à l’espace Labo.


Durant les jours d’exposition, les visiteurs
pourront déposer une offre d’achat signée
dans une urne scellée qui sera ouverte et
dépouillée à la fin de l’exposition.
L’offre la plus élevée remportera l’objet.
Plus d’information sur le site internet du Labo: www.espacelabo.net.

La vente démarrera le samedi 18 décembre dès 15h.

Vous êtes convié.s.x.es, venez nombreu.s.x.es!


La vente aux enchères est un projet en soutien aux artistes et aux associations Labo et Vanderlove Letter qui s’associent pour organiser cet événement.

La vente se passera dans le respect des mesures sanitaires en vigueur.

Mouvement 2+3 – exposition collective en deux temps – première partie

Mouvement 2+3Exposition en deux temps 06 11 21 – 27 11 21 + 03 03 22 – 04 04 22 Dimitri Broquard, Alex Dujet, Giliane Cachin, Pascale Castella, Roger Gaillard, Harrisson, Addie Nys, Mara Krastina, Félicité Landrivon, Vanessa Riera, Xavier Robel, Alan Schmalz Avec le soutien de la Loterie Romande et la Ville de Genève … Continuer la lecture de « Mouvement 2+3 – exposition collective en deux temps – première partie »

Mouvement 2+3
Exposition en deux temps


06 11 21 – 27 11 21 + 03 03 22 – 04 04 22

Dimitri Broquard, Alex Dujet, Giliane Cachin, Pascale Castella, Roger Gaillard, Harrisson, Addie Nys, Mara Krastina, Félicité Landrivon, Vanessa Riera, Xavier Robel, Alan Schmalz

Avec le soutien de la Loterie Romande et la Ville de Genève


L’exposition proposée par David Mamie et Karen Alphonso regroupe douze artistes. Ce projet pensé en deux parties, propose à voir un état de recherche questionnant l’étape du croquis, l’esquisse comme possible œuvre. Une étape préliminaire, intermédiaire qui permet de poser un temps de réflexion,
d’idéation. Faire en deux partie l’exposition, est un prétexte à prendre le
temps, explorer les étapes de travail, faire des essai, donner plus d’espace à la création.

Passer de la 2D à la 3D. Penser l’image, le plan, le modèle, l’instruction,
le mode d’emploi, en vue d’une mise en place dans l’espace. Considérer
l’acte, le geste, comme œuvre d’art, sans limite, et avec une liberté
d’interprétation. Telle une composition musical, les curateurs interprètent
les partitions abstraites des artistes, un premier mouvement invite les
artistes, un deuxième laisse le curateur amener son point de vue en
disposant dans l’espace ces pièces au statuts incertaines. Des imprimés
numériques, des photocopies, collées, accrochées ou suspendues
remplissent l’espace amenant déjà, inévitablement, vers la notion de trois
dimensions.


Dans un second temps, en mars 2022, une nouvelle proposition, un
troisième mouvement activé par les artistes concrétisera la notion de 3D.


Rendez-vous le 3 mars 2022 !

Le Labo
Boulevard Saint-Georges 5
1205 Genève – CH
info@espacelabo.net
espacelabo.net


Biographie des artistes invités:

Dimitri Broquard en parallèle à son activité de graphistes au sein du
studio FLAG (Bastien Aubry et Dimitri Broquard) ils ont développé une
pratique artistique de 2007 à 2018. Depuis 2007, Aubry et Broquard
ont participé à de nombreuses expositions nationales et internationales,
que ce soit dans le cadre d’institutions publiques telles que le Swiss
Institute Contemporary Art à New York, le Centre Culturel Suisse à
Paris, le Helmhaus à Zurich, le SWG3 à Glasgow, le Kunsthaus Glarus
ou la Maison d’Art Bernard Anthonioz à Paris, mais aussi dans des
galeries de renommée internationale : Murray White Room à Melbourne,
galerie Martin Van Zommeren à Amsterdam ou Nathalie Karg Gallery à
New York. Leurs oeuvres sont aujourd’hui dans différentes collections.
Depuis 2019, Dimitri Broquard est Responsable du Département
Communication visuelle à la Haute école d’art et de design Genève,
HEAD – Genève, et poursuit une pratique artistique essentiellement
autour du dessin.


Giliane Cachin a obtenu un BA en design graphique à l’ECAL en 2014.
Par la suite, elle a travaillé chez NORM à Zurich, à côté de la fonction
de tutrice assistante en design graphique à l’ECAL. En 2015, Giliane
est devenue contributrice freelance pour Lineto et a travaillé avec
Alphabet à Berlin. Elle a remporté un Swiss Design Award pour son
projet de diplôme, un atlas de géographie mettant en avant les points
extrêmes de la Suisse. De 2017 à 2019, Giliane a travaillé pour le Studio
Cornel Windlin et pour Lineto à Zurich. Ses recherches sur l’histoire
de Bobst Graphic, une entreprise pionnière dans le domaine de la
photocomposition, ont donné lieu à la publication d’un livre en 2019. Elle
est désormais une graphiste indépendante basée à Zurich.


Pascale Castella est une artiste qui vit et travaille à Genève. Lors de sa
formation à l’école des arts décoratifs de Genève, elle développe alors
une pratique intense de photogramme. Ce n’est qu’en 2008 qu’elle se
met véritablement à peindre et à exposer son travail. Parallèlement à cela,
avec beaucoup de légèreté, elle crée une multitude de petites sculptures,
d’assemblages. Son travail est prolifique et arborescent. Les sculptures
quant à elles, portent une lourde charge émotionnelle et questionnent
de manière explicite les tensions féminin/masculin, utile/inutile, tendu/
détendu, simple/complexe. Il s’agit de les faire se répondre dans l’espace
d’une création qui les transcende, c’est aussi un travail sur la mémoire, la
transmission, le pouvoir qu’on confère aux choses matérielles.


Alex Dujet est un graphiste, typographe installé à Genève. Il a étudié
aux Arts Décoratifs de Genève entre 2002 et 2006 et obtenu un CFC de
graphiste. Alex Dujet travaille en 2008 en tant qu’indépendant jusqu’à
aujourd’hui. Il a été en parallèle assistant pour la section de graphisme
aux Arts Decoratifs de Genève entre 2008 et 2011. Après une mission
en freelance en 2012 à New York pour Base Design, il rentre à Genève
et monte Futur Neue avec Constance Delamadeleine et Sébastien
Mathys en 2013, un collectif de graphisme et de recherche. Entre 2012
et 2013, Alex Dujet est enseignant en graphisme et typographie aux
CFP Arts de Genève. Et retourne à l’école à la HEAD de Genève entre
2015 et 2017 pour passer un bachelor en communication visuelle afin
de pouvoir continuer à enseigner. En 2020, il co-fonde Extraset avec
Xavier Erni, Roger Gaillard et David Mamie. Extraset est une fonderie
digitale destinée à la distribution de caractères typographiques. https://
audioblog.arteradio.com/blog/153897/podcast/166070/18-alex-dujet

Roger Gaillard mène plusieurs pratiques en parallèle, elles ont toutes en
commun, leurs rapports au dessin de lettres et à la typographie. après
l’obtention d’un CFC de Concepteur Multimédia à Genève, il poursuit
son apprentissage avec un Bachelor en communication visuelle à la
HEAD – Genève. C’est en créant le Voxscript : système d’écriture basée
sur les ondes sonores francophone – projet lauréat des Bourses Déliées
du Fonds Cantonal d’Art Contemporain en 2012 – que Roger Gaillard
s’est intéressé à notre rapport aux lettres et à la typographie. Après
une année au sein du studio DC Works à Rotterdam, il a créé en 2013
avec Cécile Nanjoud, l’atelier Cécile + Roger. Il enseigne à la HEAD –
Genève et au CFP Arts de Genève. Il co-fonde la fonderie Extraset en 2019 et
obtient un Work.Master (HEAD – Genève) en 2020. Il participe à l’élaboration
de l’exposition Scrivere Disegnando au Centre d’Art Contemporain de Genève
en collaboration avec la Collection de l’Art Brut de Lausanne. Il initie l’Atelier
Désécrire en collaboration avec Elia Fidanzas.


Harrisson, enfant belge des années 70 et de ses contre-cultures, typographe
héritier de l’école hollandaise et de la tradition suisse, Harrisson enseigne
le graphisme à l’ERG (Bruxelles) depuis 2005. Il développe par ailleurs ses
propres recherches dans des contextes collectifs (OSP, Prix Fernand Baudin,
Constan vzw) et dans des expérimentations plus autarciques centrées autour
de l’affiche et du disque (Ich Bin, cave12, Sonic Protest, Kiosk Radio). Attaché
à l’idée d’émancipation individuelle et ennemi déclaré des dominations par
l’image, il aide à l’élaboration depuis la fin des années 90, d’outils libres
de droits et développe une réflexion sur les méthodes d’enseignements et
contribue régulièrement à des projets qui défendent une vision utopiste de la
société.


Mara Krastina depuis son Work master à la HEAD – Genève, explore le
folklore contemporain à travers le dessin, les collages, la céramique et des
projets autour de la matière sonore. Une grande partie de son travail est
spécifique au lieu et au temps. Il se manifeste par des performances sonores,
des événements radiophoniques et des concerts en direct. Ses oeuvres
traitent souvent de l’échange immédiat entre l’artiste et son public et cette
spontanéité, cette immédiateté se traduisent dans son travail d’artiste visuelle.
Le travail de Mara Krastina est axé sur l’exploration de nouvelles techniques
et de nouveaux processus. Grâce à cette exploration, sa pratique est devenue
multiforme et prend vie dans une variété de disciplines.


Addie Nys, fille de Dimitri Brocard


Vanessa Riera basée à Genève est une artiste travaillant autour de
l’expérimentation textile. Les notions d’intimité, d’identité, de condition
humaine sont au coeur de son travail. Au fil du temps, sa conscience de
l’impact de la production textile, tant sur l’humain qu’au niveau des ressources
naturelles l’a amenée à créer à partir de textiles récupérés ou fabriqués de
manière artisanale. Vanessa Riera collabore avec le Vestiaire social et des
artisan-e-s pour obtenir ses matières premières. En parallèle, elle crée des
costumes pour le cinéma ou les arts vivants. Elle porte également beaucoup
d’importance à la transmission et, pour ce faire, travaille régulièrement
avec les musées et centres d’art lors d’ateliers de médiation. Son travail a
notamment été exposé au Musée de Carouge, au Centre Culturel du Manoir
à Cologny, au Musée d’ethnographie de Genève ou encore lors du festival
Antigel.


Alan Schmalz est diplomé de la HEAD depuis 2014. Polymorphe sa pratique
est riche de l’emploi différents médiums comme la peinture, le dessin, la vidéo,
la performance, la sculpture et l’installation. Alan Schmalz a été en résidence
à Astérides et à la Cité internationale des arts à Paris. En 2017, il est lauréat du
Prix Kiefer Hablitzel et du Prix Hirzel en 2019.Il expose régulièrement dans des
lieux et institutions : “Ensemble Bobby”, Centre d’art contemporain de Genève
(2016), “Bezoumni Bratti”, Truth & Consequences (Genève, 2016), “Appareil
de récréation”, Forde (Genève, 2017), “Hunter of Worlds”, SALTS (Bâle, 2018).
En 2019 il bénéficie d’une exposition personnelle « 52 semaines d’oisiveté » au
centre d’art Le Lait (Albi).


Xavier Robel, est un dessinateur, artiste, graphiste, autodidacte, basé à
Genève. Co-fondateur du collectif Elvis Studio avec Helge Reumann qui a
rassemblé leurs oeuvres collectives et individuelles de 1998 à 2014. Depuis
2015, notamment, a publié un livre chez Miami Books détournant la chimie
des plaques d’impression offset. Réalise des expositions qui souvent brouillent
le statut des oeuvres dessinées et les matériaux qui constituent leurs
« encadrement » à des fins étrangement sculpturales. Collabore à divers projets
curatoriaux (Sans titre, entre autres, avec David Mamie et Nicola Todeschini ou
Vollandes 13 avec Vincent de Roguin). À publié tout récemment un livre chez
Tsar Books qui rassemble sur 208 pages trois séries de dessins nommées
d’après des vibrations en marge de la plage de fréquences humainement
audible. En est à sa 509e affiche pour la cave12.