Owlet vision in a blinding time — Part I / 14 09 23 — 30 10 23

Owlet vision in a blinding time — Part I
14 09 23 — 30 10 23


Une proposition curatoriale de Karen Alphonso et Ceel Mogami de Haas

Sarah Burger
Anne-Charlotte Finel
Vianney Fivel
Andreas Hochuli
Alec Mateo
Alexandra Martens Serrano
Lou Masduraud
Arnaud Sancosme


Vernissage jeudi 14 septembre
dans le cadre de la Nuit des Bains + GENEVA ART WEEK
Performance de Alec Mateo 19h30


Ouvert de jeudi à samedi de 15h à 19h
et dimanche de 11h à 17h*
*Horaires spéciaux durant la Geneva Art Week

Ouverture des portes 18h
Combo Kitchens par Vanessa Urben


Du 17 au 29 octobre 2023: programme de films projeté hors murs, au Cinéma Dynamo du Centre d’Art Contemporain Genève (du mardi au dimanche de 11h à 18h – entrée gratuite au Cinéma).

For the fifteenth anniversary of espace Labo, in collaboration with Ceel Mogami de Haas, we have imagined an exhibition project which will open this fall and will evolve until spring 2024.

Over the course of our discussions, the idea of giving shape to a collective exhibition project was born, which stems from Ceel’s ongoing  research on the cultural history of gardens. What particularly interests us is considering the garden as a political, social, ecological and artistic laboratory and a space of resistance and experimentation.

A series of exhibitions will take the shape of gardens and explore how gardens and resistance are related, how their histories intersect, and how their various occurrences in the visual arts illuminate this affiliation. This exhibition also recounts the different ways in which humans and non-humans approach this resistance.

The exhibition cycle, titled Owlet vision in a blinding time gathers a group of international artists who will engage with these different topics and whose works, once distributed in space, will form a garden of love and care.

Karen Alphonso & Ceel Mogami de Haas

Press release: click here

Télécharger la feuille de salle: ici

#Artistedici

Du 16 juillet au 26 juillet

Rue Voltaire 8 – Alexandre Bianchini
Rue des Grottes 34 – Lyla Marsol
Rue du Fort-Barreau 32 – Mara Krastina & Guillaume Fuchs

Du 10 au 24 août

Rond-point de Plainpalais 1A – Jérome Baccaglio
Plaine de Plainpalais 7 – Thomas Bonny
Plaine de Plainpalais 7 – Emilie Ding
Route de Florissant 51 – Nelly Haliti
Rond-point de Plainpalais 1A – Yoan Mudry
Route de Florissant 51 – Arnaud Sancosme

Et le lien sur la page web du Labo:
https://www.espacelabo.net/2021/07/15/le-16-juillet-2e-edition-de-i-love-artistedici/



Des visites commentées par des médiateurs-trices sont organisées par le Fmac ce dimanche 15 août à 11h00 et 15h00 afin de décrypter des œuvres sélectionnées.

Inscriptions: artsvisuels.sec@ville-ge.ch
Plus d’informations sur le site du Fmac

Projet #ArstiteDici2021, Sur la Plaine de Plainpalais.
Thomas Bonny, « on se tient au courant », impression Offset F12, 2021
#ArtisteDici @fmac.geneve @bonnybonus @espace_labo

reproduction dessin par le photographe Stephane Gros @lumierenoire.ch

impression @remarq_espritvisuel

Yoan Mudry, « Mimicry », Affiche F12, Rond Point de Plainpalais

#artistedici @fmac.geneve

impression offset @remarq_espritvisuel

Wall Paper – à distance –  10 06 20 – 10 03 21

Visite uniquement sur rdv : contact@espacelabo.net

Wall Paper project
Work in progress

Depuis le 10 juin 2020, vous pouvez découvrir les propositions des artistes qui sont affichées les unes après les autres dans un ordre aléatoire.

Suite au Lockdown et en l’absence de présence physique des artistes, j’ai suggéré une transmission d’œuvres par e-mail et une réflexion sur la reproductibilité. J’ai proposé aux artistes de nous soumettre une œuvre reproductible sur papier par impression photocopieuse Rico noir blanc – au format A3 ou A4. Ces propositions sont imprimées puis collées au mur par l’équipe du Labo. Les artistes invités sont libres de présenter une image qui sera imprimée au format A4 ou A3, agrandie ou multipliée selon leurs instructions.

Ces images qui étaient visibles au travers de la vitrine, sont désormais accessibles dans la galerie en raison de sa réouverture. L’installation change régulièrement. Sans timeline précise, les projets Wall Paper se superposent au fil du temps durant ces prochaines semaines et mois. Telles les pages d’un livre ouvert, les murs du Labo déploient des contenus proposés à grande échelle, les uns après les autres.

Des photographies prisent régulièrement permettent de percevoir le développement des divers projets dans la totalité de l’espace et de garder une trace de ces installations in situ. La diffusion du projet sera visible via les diverses plateformes web et une publication regroupera l’ensemble des projets artistiques.

Avec les contributions de :

Lena Amuat & Zoë Meyer
Andrea Aversa
Céline Brunko
Thomas Bonny
Patricia Bucher
Ralph Bürgin
Davide Cascio
Jagna Ciuchta
Coline Davaud & Céline Privet – atelier supercocotte
Gustave Didelot
Emilie Ding
Stéphanie Gygax
Andreas Hochuli
Lea Jaecklin
Lisa Lurati
Laure Marville
Guy Meldem
Elena Montesinos
Yoan Mudry
Cyril Porchet
Arnaud Sancosme
Batia Suter
Aymeric Tarrade

Le Wall Paper est une proposition curatoriale de Karen Alphonso avec le soutien du Fonds cantonal d’art contemporain, DCS, Genève.


Video GiF – montage du 4 novembre : ici

Labo @ BIG – 16 au 18 juin 2017

Labo @ BIG
16 06 17 – 18 06 17
Plaine de Plainpalais

Ouverture vendredi 16 juin à 18h30
Projet Labo @ BIG : salle d’attente de la SMALL avec MACACO Press


Pour répondre et faire suite à l’invitation de la Biennale des espaces d’art indépendants de Genève, le Labo a décidé d’utiliser l’espace du container comme salle d’attente. Nous invitons MACACO Press à y faire de la contrebande et annonçons le programme de la SMALL qui se déroulera au Labo la semaine suivante.

Karen Alphonso et Sébastien Leseigneur

 


MACACO Press invite les visiteurs de la BIG à réfléchir sur la question de réciprocité, et sur des notions de propriété basées sur les expériences partagées. En proposant une situation participative, des productions pirates seront présentées et disponibles en libre échange, dans le but de s’ouvrir à de futures collaborations pour un partage de ressources.

Sabrina Fernández Casas et Patricio Gil Flood

http://macacopress.blogspot.ch/

Biennale des espaces d’art Indépendants de Genève

26.06.15 – 28.06.15
BIG – Biennale des Espaces d’art indépendant de Genève
Plaine de Plainpalais

Sous les auspices du Congrès pour la Liberté de la Culture

Collectif FEC

A l’occasion de la première Biennale des espaces d’art Indépendants de Genève (BIG), l’Espace LABO invite le collectif FEC (Fraction extrême centre) à occuper son container. Les protagonistes de ce collectif ont collaboré par le passé comme membre de l’Association LABO.

«La F.E.C. accepte de lever une part du voile qui recouvre ses activités et met à disposition de l’Espace Labo quelques uns des objets utilisés lors de ses initiations rituelles, dont, et nous tenons à le souligner, des ossements de Denis de Rougemont. La F.E.C. propose aux visiteurs de se recueillir un instant auprès de l’autel afin de contrer la malédiction dans laquelle la culture occidentale s’enlise.»

Reprenant à son compte l’évènement BIG auquel elle prend part, la FEC profite de cette opportunité pour partager sa triple démarche avec les acteurs de la Biennale et son public.

Vue intérieur du container de l’Espace LABO à BIG, plaine de Plainpalais. Installation du collectif FEC, 2015
Vue intérieur du container de l’Espace LABO à BIG, plaine de Plainpalais. Installation du collectif FEC, 2015, 2 x 2,5 m, (reliques de Denis de Rougemont, fanions (édition: 20 exemplaires) ; peinture: Dripping, 2015, acrylique sur toile, 90 × 110 cm)

 

 

 

1) L’appropriation

La FEC exploite depuis longtemps un savoir-faire primitif dans le but de réaliser des objectifs idéologiques primordiaux. Suite à un legs anonyme, celle-ci est désormais la gardienne d’un ossuaire dont elle accapare l’énergie vitale et la force symbolique afin de conjurer le sort et d’initier le renouvellement.

2) Le détournement

La toile réalisée à cette occasion démontre que la FEC est à même de s’approprier le geste créateur. A travers le caractère sacré de ce crâne, la pensée et la sensibilité s’allient au pouvoir de la main pour trouver le geste conduisant à l’essence même de la matière et de la couleur, sans artifice, ni maniérisme aucun. Dans une ultime catharsis spirituelle, chacun peut ici se réfugier dans l’idéologie du désir intrinsèque et inhérents à notre culture. Tout cela dans l’unique but de s’en défaire. La peinture dans sa plus pure quintessence comme objet inestimable, le nec plus ultra dans le domaine du salut.

3) La libération, l’exultation, la délivrance

La discipline exigée pour son rituel impose à la FEC une analyse détaillée des évènements de l’histoire contemporaine. Libérée de l’idéal de perfection éthique dans le domaine de la création artistique et intellectuelle, elle développe sa pratique de l’ascèse, ce qui lui permet de maintenir sa spiritualité dans ses propres actions et d’entamer son grand processus libératoire.

 

 

 

 

ARCHIVES PHOTOS DE LA BIG 2015